Publicidees.com est une entreprise française qui a été lancée en 2005. Leur site internet est traduit en six langues pour étendre son marché le plus possible. Voici quelques-uns des grands annonceurs de Public-Idées: Microsoft, Philips, Adidas, Coca-Cola. Comme dans la plupart des petits et moyens réseaux, les annonceurs ne payent pas de frais d’adhésion pour accéder à la plateforme. Le compte de l’annonceur doit seulement être créditeur en tout temps pour payer les éditeurs (affiliés). Public-idées ont aussi un système (coregistration) d’acquisition d’adresses courriel via un dispositif interactif (sans obligation).
Aujourd’hui, partout où vous irez sur internet, tout le monde semble vouloir leur part du marché de l’affiliation marketing. Plusieurs blogueurs marketeurs vous expliqueront que si vous vous procurez leur ebook dès maintenant, ça sera possible pour vous de devenir riche rapidement. Il y a certainement de l’argent à faire sur internet en tant que marketeur, mais comme dans tous les domaines, vous aurez à travailler.
ShareAsale.com est une entreprise américaine qui a vu le jour en avril 2000.  Sur le site internet, les éditeurs (affiliés) peuvent naviguer par types de programmes, par catégories de biens/services ou en cherchant pour les nouveaux annonceurs inscrits. Comme sur les autres plateformes d’affiliation, en tant qu’éditeur, vous choisissez vous-mêmes les annonceurs avec qui vous aimeriez travailler. Environ 2500 annonceurs sont enregistrés sur la plateforme ShareASale, vous n’avez que l’embarras du choix. On dit que ShareASale a un service à la clientèle exceptionnel. Avec le temps, la compagnie s’est bâti une très bonne réputation et une clientèle loyale. Le monde de l’affiliation en marketing s’élargit de plus en plus et on dit que ShareASale gagne beaucoup en popularité. Tous les mois, des dizaines d’entreprises s’ajoutent à la liste des annonceurs. Ce qui est avantageux pour les annonceurs, c’est que les coûts d’accès à la plateforme d’affiliation sont plus bas que plusieurs autres compétiteurs.  Pour accéder à la plateforme, l’annonceur devra débourser 550 $, en plus les frais de transactions qui sont de 20 % du prix de la vente. Si l’annonceur ne génère pas un minimum de 25 $/mois en frais payés à ShareASale, le compte de l’annonceur devra payer la différence.

Une foi fait, vous devez surveiller votre messagerie parce que le vendeur va vous envoyer un lien contenant votre code d´affilié. c´est ce lien que vous allez promouvoir, c´est à dire que vous allez le mettre sur un site, dans votre e-mail etc. Votre travail consiste à faire en sorte que les visiteurs cliquent sur ce lien et achètent. Ça parait simple non? Je dirais oui et non. Non si vous n´êtes pas une personne persévérante. Oui, si vous êtes une personne décidée à réussir et surtout si vous suivez les bons conseils de ceux qui sont déjà passé par là.
Affiliate marketing has grown quickly since its inception. The e-commerce website, viewed as a marketing toy in the early days of the Internet, became an integrated part of the overall business plan and in some cases grew to a bigger business than the existing offline business. According to one report, the total sales amount generated through affiliate networks in 2006 was £2.16 billion in the United Kingdom alone. The estimates were £1.35 billion in sales in 2005.[19] MarketingSherpa's research team estimated that, in 2006, affiliates worldwide earned US$6.5 billion in bounty and commissions from a variety of sources in retail, personal finance, gaming and gambling, travel, telecom, education, publishing, and forms of lead generation other than contextual advertising programs.[20]
A U.K. based dating affiliate network that operates a number of mainstream and niche dating sites, including Cupid.com, Flirt.com, BoomerDating.com and PlanetSappho.com. You can promote any of these sites based upon the needs of your audience, and with so many sites to choose from, it’s pretty easy for most affiliates to find at least one or two that are a good fit. Commission rates at Cupid plc can be impressive, too, with $15 paid just for free sign ups, and up to 90 percent commission paid on paid memberships.
ShareAsale.com est une entreprise américaine qui a vu le jour en avril 2000.  Sur le site internet, les éditeurs (affiliés) peuvent naviguer par types de programmes, par catégories de biens/services ou en cherchant pour les nouveaux annonceurs inscrits. Comme sur les autres plateformes d’affiliation, en tant qu’éditeur, vous choisissez vous-mêmes les annonceurs avec qui vous aimeriez travailler. Environ 2500 annonceurs sont enregistrés sur la plateforme ShareASale, vous n’avez que l’embarras du choix. On dit que ShareASale a un service à la clientèle exceptionnel. Avec le temps, la compagnie s’est bâti une très bonne réputation et une clientèle loyale. Le monde de l’affiliation en marketing s’élargit de plus en plus et on dit que ShareASale gagne beaucoup en popularité. Tous les mois, des dizaines d’entreprises s’ajoutent à la liste des annonceurs. Ce qui est avantageux pour les annonceurs, c’est que les coûts d’accès à la plateforme d’affiliation sont plus bas que plusieurs autres compétiteurs.  Pour accéder à la plateforme, l’annonceur devra débourser 550 $, en plus les frais de transactions qui sont de 20 % du prix de la vente. Si l’annonceur ne génère pas un minimum de 25 $/mois en frais payés à ShareASale, le compte de l’annonceur devra payer la différence.

A browser extension is a plug-in that extends the functionality of a web browser. Some extensions are authored using web technologies such as HTML, JavaScript, and CSS. Most modern web browsers have a whole slew of third-party extensions available for download. In recent years, there has been a constant rise in the number of malicious browser extensions flooding the web. Malicious browser extensions will often appear to be legitimate as they seem to originate from vendor websites and come with glowing customer reviews.[32] In the case of affiliate marketing, these malicious extensions are often used to redirect a user’s browser to send fake clicks to websites that are supposedly part of legitimate affiliate marketing programs. Typically, users are completely unaware this is happening other than their browser performance slowing down. Websites end up paying for fake traffic number, and users are unwitting participants in these ad schemes.
Qu’il s’agisse d’un réseau d’affiliations ou d’une plate-forme SaaS, tous les programmes de marketing d’affiliation ont besoin d’une plate-forme technologique. Votre plate-forme doit pouvoir prendre en charge vos projets de croissance et vous offrir les fonctionnalités et la couverture géographique adéquates, en particulier si votre marque est mondiale.

Two-tier programs exist in the minority of affiliate programs; most are simply one-tier. Referral programs beyond two-tier resemble multi-level marketing (MLM) or network marketing but are different: Multi-level marketing (MLM) or network marketing associations tend to have more complex commission requirements/qualifications than standard affiliate programs.[citation needed]
Earning income via Target affiliates, however, requires a bit of work. Cookies expire in just seven days, and commissions can be as low as just one percent, so you’ll need to be operating a high-traffic website in order to make serious cash with this program. But with Target’s much-beloved brand reputation and vast catalog, relevant product links can be a big earner for established influencers.
RevenueWire est une entreprise canadienne qui a vu le jour en 2007. RevenueWire semble être une excellente plateforme d’affiliation pour les éditeurs qui veulent promouvoir des logiciels. RevenueWire a de très bonnes critiques sur internet (souvent 4 sur 5). Puisque la plupart des produits des annonceurs de RevenueWire sont virtuels (logiciels), les coûts de production sont inexistants, donc les marges de profits sont élevées pour les annonceurs. Donc, les éditeurs pourront en bénéficier en gagnant jusqu’à 75 % de commission sur les produits vendus. Voici quelques-uns des produits trouvés sur RevenueWire: Spyware Doctor, Registry Mechanic, Outlook PST Repair, AdAware Plus, etc..

Although it differs from spyware, adware often uses the same methods and technologies. Merchants initially were uninformed about adware, what impact it had, and how it could damage their brands. Affiliate marketers became aware of the issue much more quickly, especially because they noticed that adware often overwrites tracking cookies, thus resulting in a decline of commissions. Affiliates not employing adware felt that it was stealing commission from them. Adware often has no valuable purpose and rarely provides any useful content to the user, who is typically unaware that such software is installed on his/her computer.


Websites consisting mostly of affiliate links have previously held a negative reputation for underdelivering quality content. In 2005 there were active changes made by Google, where certain websites were labeled as "thin affiliates".[34] Such websites were either removed from Google's index or were relocated within the results page (i.e., moved from the top-most results to a lower position). To avoid this categorization, affiliate marketer webmasters must create quality content on their websites that distinguishes their work from the work of spammers or banner farms, which only contain links leading to merchant sites.


Tradedoubler was founded in 1999 by two young Swedish entrepreneurs. They have offices in the UK and multiple countries throughout Europe, including Sweden, Germany, France, Poland and Spain. Their focus has always been to provide smarter results for both clients and affiliates through technology. In 18 years, they’ve amassed an army of 180,000 active publishers, connecting them to over 2,000 merchants in Europe and the UK. Many of these merchants are household names.
Alors voila, ce genre de sites n’est en aucun cas une perte de temps. J’ai moi-même des filleuls à qui ça permet d’avoir un petit complément de revenus intéressant et je suis moi-même un adepte du web rémunéré depuis maintenant 5 ans. Aujourd’hui je suis également blogueur professionnel, notamment grâce à mes filleuls sur ce genre de site, donc je comprend les réactions mitigés que je peux lire ci-dessus. Le truc, c’est qu’on n’a pas tous envie de créer un blog, ni d’apprendre à bloguer, ni le temps de bloguer, d’ailleurs 99% des blogueurs ne gagneront jamais leur vie grâce à cette activité, et on n’a également pas tous les moyens d’investir.
Comme l’on vient de voir il est tout à fait possible de gagner de l’argent en ligne tout en évitant les arnaques. Les sites sélectionnés sont réputés pour leur sérieux et payent réellement. Attention néanmoins aux seuils de paiement, il vaut mieux privilégier les seuils de paiement bas pour encaisser rapidement les sommes. Comme l’on dit les petits ruisseaux font les grandes rivières: Les petites sommes accumulées rapidement d’un clic vont se cumuler et vous verrez que à la fin du mois la somme sera déjà plus encourageante. N’hésitez pas à en tester plusieurs et à faire des retours dans les commentaires ci-dessous, cela peut être un bon moyen de faire partager les bons plans aux autres. Avez-vous d’autres sites du même genre que vous avez déjà testé?
Je viens moi-même d’essayer Ouicar (en tant que locataire) et je dois dire que j’ai été bluffé par l’application mobile qu’ils proposent aux propriétaires, et qui leur permet de contrôler au mieux les locations : ainsi, à chaque début de location, l’application permet de noter le kilométrage de la voiture, le niveau d’essence et de prendre des photos de la voiture sous une dizaine d’angles. Pratique pour faire l’état des lieux entrant et sortant.
Dans le cas d’Elise Lucet, c’est vrai que j’aime beaucoup regarder Cash Investigation, je suis fan, il n’empêche que son salaire de 25.000€ est indécent par rapport à la misère que nous touchons avec un travail ordinaire…surtout quand on sait que 5 millions de Français vivent avec moins que 855 euros/mois ! Le SMIC devrait être à 2000€ net pour moi et bien entendu indexé sur l’inflation.
tu as tout à fait raison. Un des inconvénients du marketing d’affiliation est que l’éditeur (affilié) dépend du réseau pour être payé. Avant de s’inscrire sur un réseau, il est important de bien lire les conditions du contrat. Un autre risque est que l’éditeur (affilié) pourrait perdre de la crédibilité auprès de ses lecteurs s’il exagère en terme de quantité de publicité qu’il ajoute à son blogue par exemple. Il y a aussi un risque pour le blogueur si ses publicités ne sont pas de qualité ou si elles n’ont aucun lien avec le sujet discuté sur le blogue. Un inconvénient pour l’annonceur serait que les commissions dues au réseau d’affiliation peuvent être parfois très élevées, ce qui diminue grandement la marge des profits de l’annonceur.
×